top of page
Rechercher

La Vérité te libérera: dire un vrai “Au Revoir” avant la mort d’un être cher par Richard G. Erskine

Résumé


Beaucoup de gens souffrent d'un chagrin d'anticipation avant la mort d'un être cher. Cet article est basé sur la prémisse de la Gestalt Thérapie qu'il est nécessaire d'avoir un "Hello" de plein contact avant de pouvoir se dire un véritable "au revoir". Il passe en revue une partie de la littérature pertinente, définit la prémisse de "l'affaire inachevée", décrit les avantages thérapeutiques de la fantaisie, et fournit un exemple de cas en utilisant la méthode "chaise vide". La psychothérapie décrite dans cet article vise à créer une opportunité pour l'expression des sentiments, le contact interpersonnel et de "dire la vérité» avant que l'autre ne meure.


Mots clés: chagrin, chagrin d'anticipation, gestalt-thérapie, travail inachevé, fantasme, chaise vide, vérité, honnêteté, résolution de chagrin, psychothérapie intégrative, Fritz Perls.


Avant / à l’approche de la mort d'un être cher, certains clients souffrent de divers symptômes liés au deuil. Ces symptômes peuvent inclure le déni, des crises de tristesse intense, alternant souvent avec des périodes d'engourdissement émotionnel, de confusion, d'évitement ou de colère envers le mourant, des arguments répétitifs, un sentiment général d'impuissance ou un sentiment de débordement et de stress. Beaucoup de personnes éprouvent un intense chagrin d'anticipation avant la mort d'un être cher


John Bowlby (1961, 1980) a été l'un des premiers psychologues à étudier le processus de deuil et il a décrit le chagrin comme résultant de la perte de l'attachement. Parkes (1972), et plus tard Parkes et Weiss (1983), ont utilisé les idées de Bowlby sur l'attachement et la perte et ils ont proposé une théorie du deuil comprenant quatre étapes: engourdissement, recherche de désirs, désorganisation - désespoir et réorganisation. Kübler-Ross (1969) a popularisé l'idée que le chagrin se produit en différentes étapes , elle a défini cinq étapes: le déni, la colère, la négociation, la dépression et l'acceptation.


Axelrod (2006) fait remarquer que tout le monde n'éprouve pas les cinq étapes du deuil et qu'il n'est pas nécessaire (ou attendu) que l'on franchisse les étapes dans un ordre particulier. Le Yale Bereavement Study (Maciejewski et al., 2007) a examiné le concept des étapes du deuil et a constaté que beaucoup de personnes semblaient traverser différentes étapes et que «le désir était l'indicateur de deuil négatif dominant» (p.716). Récemment, Friedman (2009) a contesté la notion d'étapes du deuil comme une taxonomie simpliste qui ne permet pas de variances individuelles dans le processus de deuil. Il a suggéré que chaque personne pleure à sa façon unique.


Lorsque les clients éprouvent un deuil anticipatif, ils peuvent présenter une partie de la même dynamique psychologique décrite par les théoriciens du «stade», mais leurs réactions émotionnelles ne semblent pas passer par des stades distincts. Dans mon expérience clinique, les clients confrontés à un deuil anticipé affichent souvent un mélange de réactions émotionnelles. Chez certains clients, il y a une progression ordonnée d'une émotion à l'autre. Chez d'autres clients, leurs réactions émotionnelles semblent osciller d'un extrême à l'autre en quelques minutes. Ils peuvent être rancuniers, reconnaissants, désespérés, ouvertement fâchés, nostalgiques, conformes aux traditions familiales et / ou aspirant à des mots de reconnaissance ou d'amour. Fréquemment, les clients en deuil se concentrent sur une émotion spécifique et désavouent d'autres pensées et sentiments. Que nous organisions notre psychothérapie pour assister à chaque étape du deuil, ou que nous nous concentrions principalement sur les émotions émergentes de nos clients, nos clients ont souvent besoin de nous pour s'occuper de leur «affaires inachevées» avec la personne mourante.D'autres auteurs, écrivant sur le traitement thérapeutique du deuil, se sont concentrés sur divers modèles de traitement (Clark, 2004, Hensley, 2006). Ces modèles soulignent: l'accepttation de la perte: le traitement de la colère et du désespoir; comprendre la nécessité de relations positives et bienveillantes; fournir un temps approprié pour guérir de la perte; et développer de nouveaux intérêts et activités (Greenwald, 2013, Wetherell, 2012); l'utilisation de méthodes expressives dans la résolution du deuil (Goulding & Goulding, 1979, Perls, 1969, 1975); attention au besoin de relations de soutien dans la famille, dans la thérapie et dans la communauté (Olders, 1989); et comment le deuil peut potentialiser d'autres problèmes de santé mentale (Greenwald, 2013). Cependant, la littérature sur la psychothérapie ne semble pas aborder le traitement du chagrin anticipatoire qui peut survenir à l'approche de la mort d'un être cher..Sigmund Freud (1917) a abordé le thème du chagrin en clarifiant la différence entre le deuil et la mélancolie. Il décrit la mélancolie comme étant «marquée par une relation ambivalente où il y a une réaction d'amour et de haine envers l'autre qui est souvent accompagnée d'angoisse et d'une diminution de l'estime de soi; il est omniprésent, inconscient et continu ». Il décrit le deuil comme une «réaction commune et régulière à la perte d'une personne aimée» (1917, p 243). Freud continue en décrivant le deuil comme une réponse consciente à une mort spécifique. Contrairement à la mélancolie, il considère le deuil comme non-pathologique parce que c'est une réaction normale aux événements et qu'il est généralement vaincu avec suffisamment de temps. Pendant la période de deuil, la personne se rend compte que la personne aimée est vraiment partie, une acceptation de la perte se produit finalement, et lentement la personne retourne à sa mode de vie coutumier.

Fritz Perls (1975), dans son enseignement sur la psychothérapie du deuil, définissait le chagrin comme une «affaire inachevée» et a utilisé sa méthode de «chaise vide» pour aider le client à «fermer» son chagrin. Il a fait une distinction entre pseudo-chagrin et véritable chagrin. Il définissait le «pseudo-chagrin» comme «se sentir désolé pour soi-même» et «s'accrocher à des ressentiments non exprimés». Il a mis les clients au défi de développer leur «autosuffisance» et de prendre la responsabilité de vivre dans le «maintenant». Lorsque les clients ont exprimaient un véritable chagrin, il considérait qu'il s'agissait d'un processus naturel de deuil de la perte de quelqu'un et a répondait avec un véritable intérêt.


J'ai appris la psychothérapie du deuil en regardant Fritz Perls utiliser sa méthode de la «chaise vide» pour aider les gens à accomplir ce qu'il appelait «l'affaire inachevée» du deuil (Perls, 1967). Perls demandait à la personne endeuillée d'utiliser la «chaise vide» et imaginait que l'autre «significatif» était assis devant lui.Puis il encourageait le client à parler à l'image de l'autre, comme s'il était réellement assis sur la chaise, à être pleinement vocal et à utiliser des gestes corporels qui traduisent la plénitude de ses émotions.


Lorsqu'ils enseignaient la psychothérapie du chagrin, Perls accentuait la façon dont le chagrin était maintenu en «s'accrochant» (une rétroflexion physique) aux vieux ressentiments et à la colère. Il soulignait également l'importance des appréciations inexprimées. Il enseignait que la résolution du chagrin est dans l'expression des ressentiments et des appréciations. Cependant, dans la pratique, Perls accordait souvent plus d'importance à l'expression de la colère et des ressentiments du client éploré qu'à l'expression des appréciations. Dans Gestalt Therapy Verbatim (1969) et Eye Witness to Therapy (1975), Fritz Perls fournit de nombreux exemples où il a également utilisé la méthode de la «chaise vide» pour résoudre les conflits psychologiques du client.


Au début des années 1970, quelques Analystes Transactionnels formés à la gestalt thérapie avec Fritz et / ou Laura Perls ont commencé à utiliser la technique de la «chaise vide» pour faciliter la résolution des «affaires inachevées» - les problèmes psychologiques liés à des conflits archaïques ou au conflits interpersonnels actuels. Erskine et Moursund dans Psychothérapie Intégrative en Action (1988/2011) fournissent plusieurs exemples cliniques qui illustrent à la fois l'utilisation de la méthode de la «chaise vide» et l'intégration de diverses interventions de la Gestalt Therapy avec l'Analyse Transactionnelle et la théorie psychanalytique contemporaine. Bob et Mary Goulding, à la suite des exemples de Perls, ont inclus une section dans leur livre Redecision Therapy (1979) qui illustre l'utilisation de la méthode de la «chaise vide» pour résoudre ce qu'ils appellent aussi les «affaires inachevées» du chagrin (p.174- 184). Leurs courtes vignettes de thérapie montrent qu'ils mettent aussi l'accent sur les ressentiments et la colère et n'accordent qu'une attention superficielle aux appréciations.


Bien que Fritz Perls ait accordé beaucoup d'attention à l'expression de la colère et des ressentiments, j'ai personnellement trouvé nécessaire de créer un équilibre thérapeutique entre les polarités émotionnelles telles que: la colère non reconnue, le ressentiment et l'amertume d'un côté de l'échelle; et des rêves non réalisés, des expériences précieuses, une affection non exprimée et des souvenirs affectueux de l'autre côté, afin de faciliter l'équilibre du client. J'organise mes interventions thérapeutiques pour entrelacer chacune de ces nombreuses émotions dans le discours relationnel. Parfois, nous nous concentrons sur une émotion jusqu'à ce qu'elle soit bien exprimée, puis j’attire l'attention du client sur une autre extrémité du spectre émotionnel, puis de nouveau en arrière, toujours cherchant à entrelacer les émotions inexprimées, cherchant un équilibre curatif.


"La prémisse des "affaires inachevées "


Des conversations intimes et significatives sont essentielles à la résolution du chagrin; Idéalement, une telle conversation intime se produirait avant la mort réelle d'un être cher. Après la mort d'un proche, le chagrin est souvent potentialisé par des «affaires inachevées» - la douleur émotionnelle de ce qui s'est passé et / ou le regret de ce qui n'est jamais arrivé - et des pensées de «J'aurais aimé en dire plus». "Si seulement nous avions eu une vraie conversation "," je ne lui ai jamais dit à quel point il (ou elle) signifiait pour moi ", ou" je ne leur ai jamais vraiment dit la vérité sur moi-même ". Lorsque des conversations intimes et honnêtes se produisent avant la mort d'un être cher, le chagrin, après la mort, est beaucoup plus facile à assimiler et à résoudre pour celui qui reste.. Quand de telles conversations significatives ne se produisent pas avant la mort de l'être aimé, l'expérience du deuil après la mort est souvent intensifiée et prolongée.


La technique de psychothérapie décrite dans cet article vise à créer une opportunité appropriée pour l'expression des sentiments, le contact interpersonnel et la «vérité», idéalement avant que l'autre ne meure. Il est basé sur la prémisse de la Gestalt Therapy qu'il est nécessaire de faire un "contact complet", d'avoir un vrai "salut", avant de pouvoir dire "au revoir" (Perls, Hefferline & Goodman, 1951). Idéalement, je préfère que la psychothérapie ouvre la voie à des conversations sincères en face-à-face entre mon client et le mourant, alors qu'il est toujours lucide. De nombreux clients ont besoin d'un degré important d'encouragement et de soutien thérapeutique pour engager un dialogue constructif avec l'autre personne. Pour certains clients, notre psychothérapie offre une répétition remplie d'émotions (ou une séance de pratique) qui rend la communication intime et honnête plus possible avant que l'être cher ne meure.


Dans certaines situations, l'expression réelle des émotions vraies, le plein contact interpersonnel et l'expression de sa propre «vérité» à l'autre personne ne sont pas une option viable. L'autre personne peut être dans le coma, souffrant de démence, ou être émotionnellement incapable d'avoir une conversation significative. En raison des scripts intrapersonnels et des croyances de longue date telles que «Je n'ai pas le droit de dire ce que je ressens» ou «Les autres sont plus importants que moi», de nombreux clients sont extrêmement réticents à engager des conversations aussi intimes et significatives (O'Reilly- Knapp & Erskine, 2010). Cependant, il y a souvent un espoir qu'ils puissent arriver, ou un chagrin existant que cela ne soit pas arrivé. - encore.


Il arrive que des clients sont inhibés de communiquer une expérience significative parce qu'ils croient que le fait d'être honnête avec l'autre personne va le contrarier, le blesser ou même le tuer. Beaucoup de familles ont établi un système qui ne permet pas de telles conversations intimes. Quand la mort est imminente, la loyauté à un tel système familial peut même être intensifiée. Dans chacune de ces situations, il peut être thérapeutiquement possible pour le psychothérapeute de faciliter une conversation significative - en fantaisie - en utilisant la méthode de la «chaise vide». En travaillant avec le fantasme du client, le client imaginant l'autre personne assise directement en face de lui, nous pouvons créer la possibilité d'un contact interpersonnel plausible - contact qui n'est peut-être pas possible en réalité - donc un contact imaginatif, mais cela peut possiblement guérir de profondes blessures relationnelles.


La résolution du chagrin implique le rétablissement de la capacité de l'individu à un contact interne et interpersonnel complet - la capacité de dire un «bonjour» authentique avant un véritable «au revoir». En travaillant avec des expériences non dites, il est important que la personne exprime pleinement ses différents sentiments, besoins, pensées et hypothèses internes qui n'ont jamais été exprimés correctement. C'est ce que mes clients appellent la «dire la vérité» - c'est l'expression verbale (et parfois physique) des sentiments, pensées, attitudes, associations et réactions non-dits et souvent non reconnus que la personne a mis sous clé à l'intérieur.. Raconter sa propre «vérité» - son récit personnel - est un facteur essentiel pour donner un sens à une relation complexe,pour achever des expériences significatives inachevées et de mettre fin à (ou réduire) le chagrin (Nelmeyer et Wogrin, 2008). "Dire la vérité" ne concerne pas la citation de faits ou des informations vérifiables qui peuvent être confirmées par d'autres. C'est une «vérité narrative», l'expression de ses propres expériences internes et de ses efforts personnels pour donner un «sens» émotionnel à ces expériences (Allen, 2009, Burgess et Burgess, 2011).


Dire la vérité» consiste à traduire l'affect, les réactions physiologiques et les expériences relationnelles en paroles et sensations et à déclarer ou partager honnêtement ce qui n'a jamais été exprimé dans une relation significative. Beaucoup de clients ne sont pas habitués à partager leurs pensées privées. J'encourage les clients à parler avec franchise et expression physique. Une telle «vérité» est le contraire des conversations sans importance (platitudes, affaires, potins, sujets «sûrs», etc.) que beaucoup de gens ont tout au long de leur vie. Les conversations inconséquentes commencent comme des mesures d'autoprotection pour maintenir une relation affective mais, avec le temps, elles peuvent éroder l'intimité et le contact interpersonnel; ils peuvent même inhiber l'expression de Soi dans la relation. Lorsque nous, psychothérapeutes, mettons l'accent sur «dire la vérité», nous invitons le client à faire attention à et d'exprimer le flot interrompue de sentiments, d'attitudes et de gestes physiques. Ce sont ces gestes interrompus ou non, les mots et les affects qui interfèrent avec la capacité de dire «bonjour» et «au revoir».



https://www.integrativetherapy.com/fr/articles.php?id=127

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page